Confession d’une hotesse sexy

  • Je m’appelle Caroline je suis une hôtesse de téléphone rose. Ce métier n’est pas très courant et beaucoup de personnes qui téléphonent, me demande comment je suis arrivée à faire ce métier-là.

    Je suis une femme mariée qui a perdu son travail il y a quelques années suite à un plan social. J’ai eu beau chercher un autre emploi mais en vain. Comme je suis de nature libertine et coquine avec mon mari, lors d’une navigation sur Internet j’ai découvert que je pouvais peut-être joindre l’utile à l’agréable. Une société recrutait des hôtesses de téléphone rose et ce qui m’a immédiatement plu c’était le fait de pouvoir travailler de la maison. On me propose donc d’avoir des conversations érotiques avec des hommes et des femmes au téléphone tout en restant chez moi. Ce travail ne pouvait que me convenir puisque je le me considère pas comme tel. Passer des heures au téléphone à dire des cochonneries et à se faire du bien en même temps, je ne considère pas cela comme un travail plutôt une passion. J’ai donc postulé et voilà maintenant cinq ans que je donne du plaisir et que surtout j’en prends au téléphone rose. J’accepte aussi bien les hommes que les femmes lors de scénarios érotiques car je me suis découvert un léger penchant bisexuel depuis peu. J’ai eu l’occasion de faire l’amour au téléphone avec une femme plus âgée que moi qui a rapidement compris que j’étais totalement inexpérimentée. Elle m’a donc conseillée et initiée au saphisme, j’y ai pris énormément de plaisir.

    Pour ceux qui considèrent qu’être hôtesse de téléphone rose est un travail, c’est faux. Vous ne pouvez passer des heures au téléphone avec des hommes et des femmes à faire l’amour au tél. si vous n’êtes pas un tant soit peu libertin et accro au sexe. Je suis contente d’avoir raconté tout cela sur votre blog. Ça fait du bien !

    Caroline 36 ans Brest

    banrose

  • Sa fiche profil

    Inscrite le

    Lui écrire

  • SnapChat Sexy




  • Rencontres sexy près de chez vous

  • Favoris

  • Vos commentaires

    Laisser un commentaire